Les risques liés aux aléas sismiques et volcaniques

Les acquis :

Un paysage est l'ensemble de tout ce que l'on peut observer autour de soi. Le relief, la végétation, les manifestations des activités humaines. Le paysage peut et a pu subir des modifications dues à l'activité du globe Terrestre, tel que les séismes et le volcanisme. Ces phénomènes externes montrent l'existence d'une activité interne de la Terre. Les dorsales sont les lieux de formation de la lithosphère océanique, les fosses océaniques ou marges actives, sont les lieux de disparition de la lithosphère océanique, ce sont des zones de subduction.


Problématique :
Comment l'homme peut-il se protéger des risques
liés à l'activité interne du globe ?

Problèmes :

  • Comment l'homme connaît-il les zones à risques ?
  • Comment mettre en oeuvre des moyens de prévention et de protection ?
  • Comment prévoir et prévenir le risque sismique ?
  • Comment prévoir et prévenir le risque volcanique ?
  • Comment expliquer la correspondance des formes de certains continents ?
  • A retenir :

    Le risque géologique est défini par l'éventualité qu'un phénomène dangereux survienne et par les dégâts humains ou matériels qu'il peut causer. Le modèle tectonique actuel permet à l'homme de définir les principales zones à risques sismique et/ou volcanique. L'homme réagit face aux risques qu'il connaît en réalisant :

    - Une prévention volcanique efficace qui passe par la prévision des éruptions fondée sur la connaissance du fonctionnement de chaque volcan ;
    - Une prévention sismique qui, moins aisée, peut faire place à une prédiction fiable : l'homme met alors en place un plan d'aménagement du territoire et d'information des populations
    .


    I) Les séismes ne sont pas répartis au hasard, prévention des séismes

    Il ne faut pas confondre magnitude et intensité :
    L'intensité d'un séisme est estimée à partir des effets produits en surface, l'échelle utilisée est l'échelle MSK, du nom de trois sismologues.
    La magnitude
    évalue l'énergie libérée au foyer du séisme. Elle dépend de la longueur de la faille activée et de l'importance du déplacement le long de la faille, on parle de l'échelle de Richter . Cette énergie est évaluée à partir des sismogrames. Il s'agit d'une échelle logarithmique, c'est à dire qu'un accroissement de magnitude de 1 correspond à une multiplication par 30 de l'énergie. On considère qu'à partir d'une magnitude de 5, le séisme est important.

    La répartition des séismes à la surface du globe n'est pas due au hasard, il existe de vastes zones sans séismes et d'autres où la sismicité est importante. Cette répartition suit les limites des plaques tectoniques.
    Les séismes dus à des mouvements de rapprochement (force de compression) sont localisés le long des fosses océaniques et dans les zones des chaînes de montagnes.
    Les séismes associés à des mouvements d'écartement (force d'extension) sont localisés sur les dorsales
    océaniques.

    L'étude historique des séismes a permis de dresser une carte mondiale des zones à risques. Malgré les moyens modernes de mesure, satellites et capteurs, il est très difficile de prévoir un séisme. Ainsi la prévention dans ces zones à forte probabilité sismiques est importante, elle permet d'enseigner aux populations les gestes qui sauvent. De plus le Plan d'exposition aux Risques Naturels majeurs impose des règles de construction parasismique à toute nouvelle construction. (P.E.R).


    II) Les volcans actifs ne sont pas répartis au hasard à la surface du globe.


    La répartition géographique du volnisme actuel, s'explique en fonction des plaques tectoniques.

    Le volcanisme basaltique de type effusif, et le volcanisme andésitique de type explosif, sont distincts géographiquement.

    • Les volcans andésitiques (explosifs) sont localisés sur le pourtour du Pacifique et aux Antilles. Ces volcans actifs sont isolés et caractérisent les arcs insulaires, ou les bordures continentale, qui tracent la limite entre plaques qui s'affrontent.
    • Les volcans basaltiques (effusifs) produisant des laves abondantes et fluides, sont soit isolés au niveau des océans et des continents, soit alignés le long des dorsales océaniques. Ces dorsales océaniques sont les plus grandes zones volcaniques active.


    Exercice

    Vocabulaire

    retour