Sortie Géologique septembre 2006

L'eau...

Les grottes de Thouzon

zoom 145 ko
Affleurement à l'extérieur de la Grotte de Thouzon
zoom 74 ko
A l'interieur de la Grotte de Thouzon

Découverte en 1902 lors de l'exploitation d'une carrière, la grotte de Thouzon à côté du village Vauclusien "Le Thor", est une galerie horizontale située seulement à 15 mètres de profondeur parallèlement à la surface. Elle est située dans une butte témoin d'un vieux massif calcaire (crétacé), elle contient de nombreuses stalactites fistuleuses jaune or. Elle témoigne du travail accompli par l'eau durant des années, tant au niveau de l'érosion que de la formation des stalactites et des stalagmites. A noté la présence de bloc de silex qui eux n'ont pas subi l'érosion de la même façon que la roche calcaire qui les entoure, ainsi que des racines longues d'une quinzaine de mètres depuis la surface.
Source : http://www.lewebpedagogique.com/svt/

Comment se forme une stalactites et stalagmites ?

L'eau qui circule au sein des massifs calcaires érode les roches et se charge petit à petit en calcaire dissous. Arrivée au plafond de la grotte, la goutte d'eau perd une partie de son calcaire qui cristallise, formant ainsi, goutte après goutte, une stalactite. A la verticale de la stalactite, sur le plancher de la grotte, la goutte qui tombe dépose encore un peu de calcaire ce qui, avec le temps, fabrique une stalagmite.
Source : SVT 5eme C. Lizeaux / R.Tavernier, édition Bordas

zoom 45  ko
Photographies de la grotte de Thouzon

Roussillon :

Roussillon est un charmant village du Vaucluse situé au milieu du plus vieux gisement d'Ocres du monde. C'est jean-Etienne Astier qui redécouvrit entre 1780 et 1785 les propriétés de cette terre jaune et rouge aux couleurs inaltérables et aux teintes si précieuses. Il exploita les carrières dès 1790…
La formation géologique des Ocres : Il faut se rappeler que la Provence vers - 230 millions d'années (Trias) était en fait une vaste mer et ceci durant une longue période. Période durant laquelle de très nombreux sédiments, arrachés aux continent émergés, allaient se déposer et s'accumuler sur les fonds des eaux, c'est la sédimentation. Ces sédiments étaient arrachées aux continents bordant cette mer par le vent et les pluies constituant les phénomènes d'érosion. Ces sédiments étaient ensuite transportés par le vent et les eaux de ruissellement pour rejoindre le fonds de cette mer. Ils formeront par la suite les massifs calcaires et les paysages caractéristiques de la Provence, Mont Ventoux, Lubéron, Saint Victoire, Canyon du Verdon, Calanques….
Vers - 110 millions d'années (Crétacé), ces sédiments calcaires sont alors recouverts d'argiles grises pour former ce que les géologues nomment : des "terrains aptiens". Le bassin marin se comble peu à peu, par des sables de couleurs vertes qui viennent à leur tour recouvrir ces argiles vertes, c'est la glauconie, petits minéraux verts qui leur donnent leur couleur. Vers - 100 millions d'années, tout bascule !, cette terre totalement immergée change d'aspect pour devenir émergée, la Provence se retrouve hors de l'eau, le sol laissé à l'action de l'eau et du vent, l'érosion reprend ses droits. Le climat est alors tropical, les sables verts sont à leur tour lessivés par des pluies diluviennes et incessantes, ils sont peu à peu transformés en sables ocreux puis en sables blancs, dissolution par les eaux de pluies, cristallisation à partir de solution d'autres minéraux, puis lessivage qui évacue l'hydroxyde de fer qui colore ces sables ocreux. Ne restent en place que les sables blancs que l'on retrouve actuellement.
Les différentes teintes que l'ont retrouve actuellement, rouge, jaune et ocre, sont dues à la Goethite (FeO (OH) )qui est connue depuis la préhistoire et utilisée comme pigment, dans la grotte de Lascaux par exemple.
Source : http://www.lewebpedagogique.com/svt/

Photographies de la grotte de Roussillon

zoom 97 ko
zoom 95 ko
zoom 108 ko
zoom 81 ko

 

Fontaine du Vaucluse.

zoom 81 ko

La formation de ce paysage commence à l'ère secondaire où une mer baptisée "mer alpine" recouvre la région. Des sédiments s'accumulent pour former une roche blanche et dure, le calcaire Urgonien. A l'ère secondaire, la mise en place des Pyrénées et des chaînons de Provence provoque une montée vers la surface de ces masses calcaires. A la fin de l'ère tertiaire, la formation des Alpes donne l'aspect actuel aux paysages environnants. Au cours de ces épisodes, cette puissante masse de calcaire se disloque et se fracture. Les monts de Vaucluse dont fait partie La Fontaine du Vaucluse sont affectés d'un puissant réseau de failles qui forment des fossés d'effondrement. La plus importante faille, celle de Fontaine-de-Vaucluse, forme les falaises qui surplombent le village, en suivant une direction NE-SW, et marque la limite ouest des monts du Vaucluse. Au cours de ces évènements géologiques, l'eau a dissout le calcaire pour créer un important réseau de galeries : le karst. Il s'est développé essentiellement sous les monts de Vaucluse dont la plus importante résurgence donne son nom à Fontaine de Vaucluse. Chaque année, 50000 m3 de calcaire sont amputés au réseau karstique !
Ces calcaires sont souvent fortement corrodés par des Microcodium, colonies de couleur marron, en surface ou le long des fissures (diaclases). Le terme microcodium a été créé en 1912 par H. Glück pour désigner des cristallisations de calcite récoltées dans le Miocène marin de Bade et attribuées à des Algues de la famille des Siphonées.
Source : http://www.lagnes.fr/?rando Source : http://dlgl.univ-lyon1.fr/doc62.html

Qu'est ce qu'un karst ?

Le mot Karst est le nom allemand de la région des plateaux calcaires à l'est de Trieste, en Slovénie. Le karst est toujours défini, à tort, uniquement comme un type particulier de morphologie. Or le paysage du karst résulte des écoulements souterrains particuliers qui se mettent en place progressivement dans les roches carbonatées (calcaires et dolomies) et dans les roches salines (gypse et parfois sel gemme). Le karst est donc également un aquifère puisque l'eau souterraine est totalement impliquée dans sa formation et dans son fonctionnement. Ainsi, le karst est constitué par un ensemble de formes souterraines et de surface et de conditions d'écoulements souterrains (Fig. 1), qui interagissent les unes sur les autres.

zoom 155 ko
zoom 144ko
zoom 132 ko
zoom 97 ko

zoom 84 ko
Documents réalisés par ce lien, merci...

Que dit le BO :
zoom 145 ko