Le programme de SVT de la classe de 6° a pour but de vous initier à la connaissance de l'environnement, de vous familiariser avec le monde vivant et de vous faire comprendre l'action de 1 'homme sur cet environnement.

 

Notre environnement :

 

L’environnement proche, dans l'enceinte ou à proximité du collège, permet un contact direct avec le concret et fournit des supports et objets pour les activités de classe. Un milieu moins proche procure, si nécessaire, des objets et données supplémentaires. La récolte, la culture et la mise en élevage de matériel vivant s’effectuent dans les limites autorisées par la réglementation. L'étude de cette partie du programme s'inscrit dans une triple logique :

 

 

·       conduire, en excluant toute théorisation ou abstraction prématurées, à un premier niveau de compréhension du monde qui nous entoure " dans ce but, identifier et relier les composantes, biologiques et physiques de l'environnement étudié ;

·       formuler, à partir du réel, les problèmes scientifiques qui serviront de fils directeurs aux démarches d'investigation des parties 1 et 2 ;

·       en cohérence avec le programme d’éducation civique, préparer les élèves à adopter une attitude raisonnée et responsable vis-à-vis des composantes de leur cadre de vie.

 

L'organisation du monde vivant

 

 

Cette deuxième partie du programme permet, en s'appuyant en priorité sur les milieux précédemment découverts, d'aborder l'organisation du monde vivant à travers les problèmes relatifs au peuplement et aux relations alimentaires soulevés dans la première partie.

 

·       L'étude des fonctions n'est pas l'objectif de la classe de sixième. Cependant, les sujets  traités mettent en jeu des notions relatives à la reproduction et à la nutrition, notions figurant pour la plupart au programme de l'école primaire. En les mobilisant lorsqu'elles sont utiles à la résolution du problème posé, on s'assure de leur acquisition par tous les élèves.

·       Les explications, toujours simples ne nécessitent pas le recours à des phénomènes biologiques tels que la fécondation. Les migrations et l’hibernation sont étudiées uniquement comme causes de variations du peuplement.

·       Le travail reste centré sur des activités essentiellement pratiques, insérées dans la démarche suivie, appuyées, dans la mesure du possible, sur le matériel vivant récolté sur le terrain.

 

Des pratiques au service de l'alimentation humaine

 

La croissance accélérée de la population humaine suppose l'augmentation de la production alimentaire, favorisée par les progrès des sciences et des techniques, limitée par ses effets sur l'environnement. Pour illustrer cet enjeu, deux types de pratiques (un élevage ou une culture,  une transformation biologique) sont proposés au choix ; un seul exemple, illustrant un de ces types de pratiques, est obligatoire,

 

·       Les notions et les contenus sont développés dans la limite de ce que permet l'exemple abord.,

·       Une visite, une enquête, l'intervention en classe d'un professionnel constituent des points de départ possibles.

·       Un élevage et une culture agricoles ou industriels exigent de la rigueur et de la méthode ; l'élevage ou la culture, généralement d'autres espèces, réalisés en collège aident à prendre conscience de ces exigences.

·       Dans le cadre de l'éducation à la responsabilité des élèves, il est essentiel d'accompagner l'étude de l'exemple choisi d'une réflexion sur les limites de la pratique (effet sur l'environnement et la santé, respect des êtres vivants).

 

 

Extrait des instructions officielles

retour